Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 19:00

houseof1000corpses011.jpg

 

Fan inconditionnel du film de rob Zombie "The Devil's rejects" -, je ne connaissais pas le film précédent "House of the 1000 corpses", que j'ai pu découvrir il y a peu .
Moins réussi que le précédent, selon mon barème personnel, tout en restant un très bon produit, j'ai eu la surprise en le visionnant de tomber sur une extrait de "Now I wanna sniff some glue" tiré du premier album des Ramones.
Le choix de Rob Zombie confirme son intérêt pour le groupe phare de la scène new-yorkaise de la fin des années 70. On se souviendra de sa reprise de Blitkrieg bop dans l'excellent album "We're a happy family", un des meilleurs hommages que la scène rock ait rendu aux Ramones.
Dans les deux films, Sid Haig, vieux sage dans le film "Stargate", joue le rôle du captain Spaulding, clown homicide complètement déjanté, et atteint là le sommet de sa carrière.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 06:53

Pet semetary

 

Tous les fans des Ramones - les VRAIS fans, hein, pas les imitateurs qui se baladent avec un t-shirt  du groupe rien que parce que le look de l'aigle leur a plu - connaissent les liens qui ont existé entre les auteurs de Blitzkrieg bop et l'écrivain Stephen King. Dans plusieurs de ses romans se trouvent des allusions plus ou moins directes au groupe, mais c'est certainement dans Pet Semetary que ces liens sont les plus affirmés.
Tout le monde connaît l'histoire: un médecin nommé dans le Maine achète une maison non loin d'un cimetière des animaux, préfiguration d'un ancien cimetière indien qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Lorsque son fils est victime d'un accident de la route, il part l'enterrer dans l'ancienne nécropole.
Le récit est ponctué de référence aux Ramones.
- chapitre 12: " Louis alluma la radio et (...) jusqu'à ce qu'il tombe sur les Ramones en train de brailler Rockeway beach. Il augmenta le volume et chanta en chœur avec eux - pas très juste, mais avec jubilation".
- chapitre 37, dans le salon funéraire où est exposé le cadavre de son fils: " Que dit la chanson des Ramones? "En avant, allez go! Tirons-leur dans le dos!".
A partir de ce moment, Stephen King replace régulièrement dans l'action cette citation de Blitzkrieg bop "Hey! Ho! Let's go!" jusqu'au dénouement. C'est également par ce couplet qu'il introduit la seconde partie du livre, juste après une citation de l'évangile selon saint Jean.
Enfin, chapitre 44, c'est sous le pseudonyme de "Dee Dee Ramone" que le docteur prend une chambre d'hôtel près du cimetière - humain, celui-là - dans lequel est, provisoirement, inhumé son fils.
On comprend mieux pourquoi le groupe a écrit, en référence à ce roman, un de leur meilleurs titres, Pet Semetary et a truffé le clip officiel de la chanson de scènes morbides.

 

 

248px-Antipub.svgDepuis peu, la plate-forme "Overblog" qui héberge ce blog a pris la liberté d'envahir cet espace avec des publicités intempestives. Cette initiative est contraire à mes principes. Merci d'ignorer ces réclames qui corrompent mon travail et de boycotter les annonceurs responsables de cette pollution visuelle.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 10:07

Tommy

 

J'ai ressenti une très grande peine à l'annonce de la disparition de Tommy, dernier survivant de la formation originale de 1974. Inutile de répéter ce que tout le monde a déjà dit.

Il était apparu, vieilli et fatigué, en compagnie de Marky lorsque qu'un Grammy Award avait été remis au Ramones, il y a un ou deux ans, pour l'ensemble de leur travail.
De tous les musiciens qui ont compté dans ce groupe, Tommy est le seul que je n'ai jamais vu sur scène. Un peu comme un chapelet dont les grains tombent un à un, la liste des Ramones s'amenuise encore un peu plus. Ils ne sont plus que deux à pouvoir, à mon sens, revendiquer la légitimité d'une identité qu'une multitude de musiciens leurs a enviée: Marky, que j'ai eu le privilège de voir sur scène quatre fois, dont une en solo, et C-Jay, qui était à la basse lorsque les Ramones vinrent jouer à quarante kms de chez moi.
Le départ de Tommy, dont j'ai du écouter la batterie des milliers de fois depuis l'achat de mon premier 33 tours à la fin de l'année 1977, m'a un peu donné l'impression que mon propre wagon avant le départ définitif venait d'avancer d'un cran.
Que la terre Lui soit légère!

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 18:40

  ramones2

 

L'édition 2013 du Printemps de Bourges vient de s'achever. J'espère qu'elle laissera aux festivaliers des souvenirs aussi forts que les miens lorsque le dimanche 3 mai 1992, les Ramones se produisirent pour cette unique fois dans le centre de la France, au pavillon d'Auron, une halle qui ne sert plus depuis longtemps à accueillir les concerts du Printemps.
Pour moi, ce fut la troisième et dernière occasion de voir le quatuor new-yorkais presque complet sur scène. Dee-Dee était déjà parti, et avait laissé la place à C.J, au demeurant excellent bassiste, mais qui n'avait pas l'aura du musicien qu'il remplaçait. Le show fut assez bref, une heure environ. Ne me demandez pas la set-list. Pour la dernière fois de ma vie, j'ai suivi un concert sans protections d'oreilles. Le son était, comme d'habitude, énorme, et on reconnaissait à peine les morceaux. J'ai mis trois jours à retrouver une audition normale, et cette expérience m'a calmé pour la suite.
Cette soirée m'a laissé un arrière-goût étrange, fait d'un plaisir immense (voir les kids chez moi), de déception (quel est le c-n qui a programmé les Pogues après les Ramones?) et de résignation. Le groupe était en fin de carrière, et, quand les lumières se sont rallumées, je savais que je n'aurai jamais la chance de les revoir.
Je garde de ce concert l'image des lumières qui s'éteignent, du drapeau avec l'aigle qui s'illumine en fond de scène, du jingle du bon, la brute et le truand, et des quatre silhouettes qui arrivent en prennent leurs places, comme dans mes souvenirs.
Printemps de Bourges 1992, entre ravissement et amertume.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 08:58

ramones-the-family-tree

 

Voici un projet intéressant, quoique de valeur inégale, qui se distingue franchement des compilations habituelles des Ramones, vulgaires produits commerciaux que n'importe quel fan pourrait très bien faire lui même à partir de sa propre collection de CDs, et taillés pour appâter une nouvelle clientèle.
Là, The family tree est un produit lourd - 28 titres sur un double album et original par sa conception: seulement deux chansons du groupe, le reste consacré à un choix de morceaux enregistrés par des membres des Ramones avec différentes formations, essentiellement après la séparation de la formation.
Il y a quelques titres sans grand intérêt dans ce CD, mais il y a surtout quelques perles rares, telles cette reprise de Cherry bomb associant Wayne Kramer, ex MC5, Cherry Currie, chanteuse des Runaways, et Marky Ramone. Quelques titres de Dee Dee, dont une version de I am seeing U.F.O.s avec Joey au chant, plus lourde que celle jouée par le groupe, un excellent Meatball sandwich du petit groupe Youth gone mad, avec la contribution de Joey valent largement l'achat de ce double album, à recommander. Le produit est vendu avec un petit livret qui détaille, en Anglais, la généalogie de chaque formation à qui ont été empruntées des chansons.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:32

18029 n

 

Il est toujours pénible d'évoquer la disparition d'un musicien comme Johnny Ramone, décédé d'un cancer en 1996. Même si le projet est sans doute irréaliste pour la majorité d'entre nous, il est possible d'aller se recueillir sur un monument dressé à sa mémoire par son épouse, dans le cimetière Hollywood forever de Los Angeles, qui accueille un certain nombre de célébrités dont, et c'est une surprise pour l'auteur de ces lignes, la dépouille du chanteur Joe Dassin.
Il n'y a aucune certitude sur le devenir exact des cendres de Johnny Ramone, décédé à Los Angeles. La statue de bronze qui représente le guitariste avec sa Mosrite est plus un cénotaphe qu'une tombe, mais elle rend hommage à la mémoire d'un garçon que j'ai pu approcher de très près lors du concert du groupe à Paris à l'automne 1981.
La photo que j'ai choisie pour illustrer ce billet est arrivée je ne sais plus comment dans mes archives. Didier, leader des Wampas, qui ont assuré au moins une première partie des Ramones à la grande époque, a eu la chance d'aller jusqu'au cimetière d'Hollywood. Qu'il me pardonne pour cet emprunt.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 20:50

rr-radio

 

 

Les Ramones en concert le dimanche matin sur une chaîne publique française? Ça s'est produit une fois, en février 1980, dans l'émission Chorus. Pendant plusieurs mois, années peut-être, une partie des grosses pointures qui passaient dans les salles parisiennes étaient invitées à jouer une petite demi-heure devant les caméras, face à un public trié par la production. L'émission était diffusée en différé le dimanche suivant.

Pas moyen de louper un concert comme ça. Les magnétoscope n'existaient pas, il fallait être devant son écran.

Les Ramones ont donc joué, la veille ou le lendemain de leur concert au Palace, au théâtre de l'empire devant une salle sans aucune ressemblance avec les premiers rangs de kids du Palace, un set très calme, où on les reconnaît à peine. Leur préoccupation du jour tournait autour de la promotion de leur dernier (et pire) album End of the century.

Retrouvé dans les archives de l'INA, ce show a été gravé sur un DVD assez difficile à trouver, mais que se sont procuré les petits malins qui ont mis la vidéo en ligne sur youtube.

 

lien vers la vidéo

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:29

joey1

L'annonce de la sortie prochaine du deuxième et posthume album solo de Joey Ramone est l'occasion de revenir sur sa première production, Don't worry about me.

Moins connu que la discographie des Ramones, inconnu de la plupart des disquaires (ou de ce qu'il en reste...), Don't worry est loin d'être un chef-d'œuvre, avec même quelques plages ennuyeuses, mais il réserve quand même quelques pépites à coté desquelles il serait idiot de passer.

Deux reprises excellentes, What a wonderful world, de Louis Armstrong, qui a été choisie pour la bande originale du film "Bowling for Columbine" de Mickael Moore, et le remarquable 1969, des Stooges cotoient le titre éponyme, Don't worry, triste testament musical d'un chanteur qui se savait atteint par la maladie.

En souvenir de Joey, qu'on ait eu la chance de le voir sur scène ou d'être de la génération d'en dessous, trop jeune pour avoir vécu ces incroyables moments, ce CD a complètement sa place dans notre collection.

 

joey2

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 21:13

mediator

 

Ça a été un grand moment, le meilleur, en fait. Pour la deuxième fois de ma courte de vie, à l'automne 1981, je retournai au Palace voir les Ramones. Première partie indigente, seul souvenir, le chanteur, complètement bourré, qui lance le cadavre de sa bouteille de whisky dans la foule. Un kid, pas maladroit, qui la renvoie et qui lui place en pleine gueule, l'assommant pour le compte. Très bien, ça a permis aux Ramones de commencer plus tôt. Pendant que les roadies montaient le matériel sur scène, j'ai réussi à me glisser entre le rail de protection et le bord de la scène, un peu au hasard et en déblayant quelques emmerdeurs, pour trouver une place de roi juste au pied du micro de Johnny. Toute la pression des pogos était contenue par la barre derrière moi sui bien que j'ai passé là le concert le plus confortable de ma vie, pile devant Johnny Ramones et à moins de deux mètres de Joey. Je vais pas vous le raconter, ce concert, c'était la set-liste habituelle, plus quelques titres de Pleasant Dreams, qui était sorti au cours de l'été. Le moment grandiose (pour moi, au moins), c'est quand, après que j'ai tapé sur la jambe de Johnny pour attirer son attention, celui ci me fila le médiator avec lequel il avait joué toute la première partie du concert - on voit bien le coté un peu bouffé par les cordes de sa Mosrite - pour en prendre un nouveau tenu par un clip sur la caisse de sa guitare. Je ne m'attendais pas à ce geste, et je crois que c'est ça, au bout de trente ans, mon meilleur souvenir de concert.
We're a happy family, les lumières se sont rallumées, un con m'a gerbé sur les chaussures, les Ramones étaient repartis.

 

mediator noir

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 15:05

ramones1

 

Le premier album des Ramones n’a pas de titre. Sur la pochette est juste indiqué le nom du groupe, que presque personne ne connaissait au moment de sa sortie, en 1976, sous le label Sire Records.
Aujourd’hui, on serait presque tenté de le regarder comme une sorte de curiosité, avec une pointe de nostalgie, car on sait comment l’aventure Ramones s’est terminée. Quatre kids en cuirs noirs à peine présentables, jeans et baskets usées, sur un fond de mur de briques barré de quelques graffiti, comme on en trouvait à l’époque des centaines de kilomètres de long dans les ruelles new-yorkaises séparant chaque bloc d’immeuble de son voisin. Au verso, un grand espace blanc, avec une boucle de ceinture type U.S. army. Minimaliste et rapidement réglé. Comme les 14 titres de l’album, dont le plus court dure 1 mn 30, 2 mn 30 pour le plus long. Ça payait pas de mine, pour l’époque, et ça passerait aujourd’hui complètement inaperçu. Et pourtant,  c’est avec cette galette que quatre New-yorkais arrivent à percer et à se propulser un avant pour une carrière de presque un quart de siècle et décrocher une renommée mondiale.
Il faut dire qu’au moment où les Ramones commencent à faire parler d’eux, le Rock’n’roll traverse une passe pas très facile. C’est une époque dominée par des géants comme les Stones ou Led Zeppelin. Concerts énormes et morceaux interminables, costumes de scène raffinés, vedettes inapprochables, scandales divers, le Rock lasse ses fans. Elvis passe d’une cure d’amaigrissement à l’autre, et se ridiculise dans des shows dégoulinants de bons sentiments. Funk, disco, reggae, et même le hip-hop des tous débuts trouvent leur publics. Celui du rock s’ennuie, et je suis poli.
Pourtant, il y avait eu des phénomènes précurseurs de l’arrivée d’une nouvelle vague de musiciens prêt à une remise des compteurs à zéro. Allez donc voir du coté de “Kick out the jams” des MC5, si vous nêtes pas convaincus.
“RAMONES” tombe juste au bon moment, en même temps que l’on commence à parler des Heartbreakers, des Pistols, des Damned ou des Clash. C’est un des albums fondateurs de la vague punk dans la mesure où il a contribué à faire péter les écluses, à libérer une énergie plus simple, plus brute.
C’est loin d’être le meilleur album du groupe, mais il contient quelques belles pépites qui trouvent 35 ans plus tard encore leur place sur scène dans les concerts de Marky, comme les incontournables Blitzkrieg bop, 53rd & 3rd, Loudmouth, Havana affair ou encore Beat on the brat.
Une version restaurée et augmentée de 8 nouvelles pistes -des bandes de démonstration, plus anecdotiques que révolutionnaires - succède au 33 tours d’origine, et est assez facile à se procurer.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • : Mon univers de fan des Ramones et de plein d'autres groupes.
  • Contact

Visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  3934 visites? Hey, ça peine mais ça commence à décoller!

Merci à tous ceux qui passent.

Rechercher

Archives

Liens