Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 15:05

ramones1

 

Le premier album des Ramones n’a pas de titre. Sur la pochette est juste indiqué le nom du groupe, que presque personne ne connaissait au moment de sa sortie, en 1976, sous le label Sire Records.
Aujourd’hui, on serait presque tenté de le regarder comme une sorte de curiosité, avec une pointe de nostalgie, car on sait comment l’aventure Ramones s’est terminée. Quatre kids en cuirs noirs à peine présentables, jeans et baskets usées, sur un fond de mur de briques barré de quelques graffiti, comme on en trouvait à l’époque des centaines de kilomètres de long dans les ruelles new-yorkaises séparant chaque bloc d’immeuble de son voisin. Au verso, un grand espace blanc, avec une boucle de ceinture type U.S. army. Minimaliste et rapidement réglé. Comme les 14 titres de l’album, dont le plus court dure 1 mn 30, 2 mn 30 pour le plus long. Ça payait pas de mine, pour l’époque, et ça passerait aujourd’hui complètement inaperçu. Et pourtant,  c’est avec cette galette que quatre New-yorkais arrivent à percer et à se propulser un avant pour une carrière de presque un quart de siècle et décrocher une renommée mondiale.
Il faut dire qu’au moment où les Ramones commencent à faire parler d’eux, le Rock’n’roll traverse une passe pas très facile. C’est une époque dominée par des géants comme les Stones ou Led Zeppelin. Concerts énormes et morceaux interminables, costumes de scène raffinés, vedettes inapprochables, scandales divers, le Rock lasse ses fans. Elvis passe d’une cure d’amaigrissement à l’autre, et se ridiculise dans des shows dégoulinants de bons sentiments. Funk, disco, reggae, et même le hip-hop des tous débuts trouvent leur publics. Celui du rock s’ennuie, et je suis poli.
Pourtant, il y avait eu des phénomènes précurseurs de l’arrivée d’une nouvelle vague de musiciens prêt à une remise des compteurs à zéro. Allez donc voir du coté de “Kick out the jams” des MC5, si vous nêtes pas convaincus.
“RAMONES” tombe juste au bon moment, en même temps que l’on commence à parler des Heartbreakers, des Pistols, des Damned ou des Clash. C’est un des albums fondateurs de la vague punk dans la mesure où il a contribué à faire péter les écluses, à libérer une énergie plus simple, plus brute.
C’est loin d’être le meilleur album du groupe, mais il contient quelques belles pépites qui trouvent 35 ans plus tard encore leur place sur scène dans les concerts de Marky, comme les incontournables Blitzkrieg bop, 53rd & 3rd, Loudmouth, Havana affair ou encore Beat on the brat.
Une version restaurée et augmentée de 8 nouvelles pistes -des bandes de démonstration, plus anecdotiques que révolutionnaires - succède au 33 tours d’origine, et est assez facile à se procurer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • : Mon univers de fan des Ramones et de plein d'autres groupes.
  • Contact

Visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  3934 visites? Hey, ça peine mais ça commence à décoller!

Merci à tous ceux qui passent.

Rechercher

Archives

Liens