Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 19:00

houseof1000corpses011.jpg

 

Fan inconditionnel du film de rob Zombie "The Devil's rejects" -, je ne connaissais pas le film précédent "House of the 1000 corpses", que j'ai pu découvrir il y a peu .
Moins réussi que le précédent, selon mon barème personnel, tout en restant un très bon produit, j'ai eu la surprise en le visionnant de tomber sur une extrait de "Now I wanna sniff some glue" tiré du premier album des Ramones.
Le choix de Rob Zombie confirme son intérêt pour le groupe phare de la scène new-yorkaise de la fin des années 70. On se souviendra de sa reprise de Blitkrieg bop dans l'excellent album "We're a happy family", un des meilleurs hommages que la scène rock ait rendu aux Ramones.
Dans les deux films, Sid Haig, vieux sage dans le film "Stargate", joue le rôle du captain Spaulding, clown homicide complètement déjanté, et atteint là le sommet de sa carrière.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 06:53

Pet semetary

 

Tous les fans des Ramones - les VRAIS fans, hein, pas les imitateurs qui se baladent avec un t-shirt  du groupe rien que parce que le look de l'aigle leur a plu - connaissent les liens qui ont existé entre les auteurs de Blitzkrieg bop et l'écrivain Stephen King. Dans plusieurs de ses romans se trouvent des allusions plus ou moins directes au groupe, mais c'est certainement dans Pet Semetary que ces liens sont les plus affirmés.
Tout le monde connaît l'histoire: un médecin nommé dans le Maine achète une maison non loin d'un cimetière des animaux, préfiguration d'un ancien cimetière indien qui a le pouvoir de ressusciter les morts. Lorsque son fils est victime d'un accident de la route, il part l'enterrer dans l'ancienne nécropole.
Le récit est ponctué de référence aux Ramones.
- chapitre 12: " Louis alluma la radio et (...) jusqu'à ce qu'il tombe sur les Ramones en train de brailler Rockeway beach. Il augmenta le volume et chanta en chœur avec eux - pas très juste, mais avec jubilation".
- chapitre 37, dans le salon funéraire où est exposé le cadavre de son fils: " Que dit la chanson des Ramones? "En avant, allez go! Tirons-leur dans le dos!".
A partir de ce moment, Stephen King replace régulièrement dans l'action cette citation de Blitzkrieg bop "Hey! Ho! Let's go!" jusqu'au dénouement. C'est également par ce couplet qu'il introduit la seconde partie du livre, juste après une citation de l'évangile selon saint Jean.
Enfin, chapitre 44, c'est sous le pseudonyme de "Dee Dee Ramone" que le docteur prend une chambre d'hôtel près du cimetière - humain, celui-là - dans lequel est, provisoirement, inhumé son fils.
On comprend mieux pourquoi le groupe a écrit, en référence à ce roman, un de leur meilleurs titres, Pet Semetary et a truffé le clip officiel de la chanson de scènes morbides.

 

 

248px-Antipub.svgDepuis peu, la plate-forme "Overblog" qui héberge ce blog a pris la liberté d'envahir cet espace avec des publicités intempestives. Cette initiative est contraire à mes principes. Merci d'ignorer ces réclames qui corrompent mon travail et de boycotter les annonceurs responsables de cette pollution visuelle.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 10:07

Tommy

 

J'ai ressenti une très grande peine à l'annonce de la disparition de Tommy, dernier survivant de la formation originale de 1974. Inutile de répéter ce que tout le monde a déjà dit.

Il était apparu, vieilli et fatigué, en compagnie de Marky lorsque qu'un Grammy Award avait été remis au Ramones, il y a un ou deux ans, pour l'ensemble de leur travail.
De tous les musiciens qui ont compté dans ce groupe, Tommy est le seul que je n'ai jamais vu sur scène. Un peu comme un chapelet dont les grains tombent un à un, la liste des Ramones s'amenuise encore un peu plus. Ils ne sont plus que deux à pouvoir, à mon sens, revendiquer la légitimité d'une identité qu'une multitude de musiciens leurs a enviée: Marky, que j'ai eu le privilège de voir sur scène quatre fois, dont une en solo, et C-Jay, qui était à la basse lorsque les Ramones vinrent jouer à quarante kms de chez moi.
Le départ de Tommy, dont j'ai du écouter la batterie des milliers de fois depuis l'achat de mon premier 33 tours à la fin de l'année 1977, m'a un peu donné l'impression que mon propre wagon avant le départ définitif venait d'avancer d'un cran.
Que la terre Lui soit légère!

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 10:01

ronald

 

Ceux qui ont connu les premières années du mouvement Punk ont sans doute réagi à l'annonce, il y a peu, de la mort de Ronnie Briggs, ex-héro de la dernière grande attaque de train de tous les temps, l'affaire du Glasgow-Londres au début des années 60.
Les valeurs du Punk n'ont pas beaucoup de points communs avec celles du grand banditisme, mais il se trouve que les deux nébuleuses se sont croisées en 1978, alors que les Sex Pistols tentaient désespérément de donner l'impression d'exister encore après le départ de Johnny Rotten, et avaient surtout à honorer un contrat avec leur maison de disques.
Incapables de produire quoi que ce soit de crédible alors que tous les autres groupes de l'époque traçaient leur route, les Pistols rescapés n'eurent comme choix de suivre la seule qu'ils connaissaient à peu près, celle de la provocation. C'est ainsi que quelqu'un eu l'idée d'aller chercher Ronald Briggs dans sa retraite brésilienne pour lui proposer de collaborer au projet: "The Great rock&roll swindle",  double album d'une médiocrité affligeante qui scella le naufrage complet du groupe. Connaissant le cahier des charges des Pistols, et d'un certain nombre de formations Punk de l'époque, la prestation de Briggs ne fut pas si mauvaise que ça. Sa chanson, Cosh the driver, sortit en face B du 45 tours de Sid Vicious "My way", est un titre tout à fait ordinaire, pas meilleur, mais surtout pas pire que l'ensemble de l'album.
Le vieux punk de circonstance s'est éteint il y a quelques jours dans une maison de retraite de Londres. Les mélomanes passeront la conscience tranquille leur chemin, ce n'est pas pour eux, mais les curieux pourront peut-être trouver sur le net cet ovni musical, histoire d'écouter chanter le truand le plus célèbre de Grande Bretagne.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans punk anglais
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 09:06

Tukatukas

                                                                                                                                                                    ©Tukatukas

 

Voici un groupe de Punk-rock apparu dans mon horizon musical de manière inattendue. Alors que je chronique en général des artistes que j'ai vus sur scène ou que j'ai découverts au hasard de mes ballades sur le net, ce sont les Tukatukas qui m'ont repéré et présenté leurs compositions. C'est avec plaisir que j'assure le relais entre ce groupe et vous.
Pour un lecteur de métropole, assister à un de leurs sets va demander de la patience. Les Tukas sont basés sur l'île de la Réunion. Vous aurez donc plus de chance de les voir chez eux que près de chez vous.
Votre patience sera récompensée par un Punk-rock rapide et soigné, dans la veine de ce qui se produisait au début du mouvement: textes essentiellement en Anglais, morceaux courts, conçus pour la scène, qui sentent bons le petit club où on n'a pas peur de pousser les enceintes à fond et où le public sait pourquoi il est là.
Ce qui est plaisant dans leur parcours, c'est qu'ils semblent (je peux me tromper, mais, bon...) ne rien avoir à faire avec tous les clichés attrape-touristes qui pèsent sur leur île et qui pourraient leur attirer la sympathie automatique des fervents indécrottables de "tout-ce-qui-vient-des-tropiques-est-bien-et-ensoleillé-et pittoresque". Ces musiciens, qui ont tous un passé dans des groupes locaux ou métropolitains, pourraient être vos voisins de garage ou résider dans le Queen's. Leur musique tape fort, comme on aime (si vous n'aimez pas, je ne vous retiens pas). Pour en profiter, les médias classiques (Youtube, Facebook) vous fournissent ce qu'il faut pour vous faire votre propre opinion.
Merci à eux, et peut-être à bientôt dans un festival....

 

 

Pochettealbum

                                                                                                                                  L'album


Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans punk français
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 08:14

Blankass LaFerteStAubin 20050401 Florence 08

 

Groupe incontournable de la scène française depuis plus de 20 ans, les Blankass n'avaient encore, tout au moins à ma connaissance, jamais fait référence explicitement, dans leurs morceaux, aux Ramones, non loin desquels ils ont joué le même soir, il y a un paquet d'années, au Québec.
Guillaume Ledoux, chanteur du groupe, n'a jamais fait mystère de son goût pour la musique des Ramones. Menant, en parallèle de Blankass, une carrière solo, il avait jusqu'à ces derniers mois produit quelques belles reprises d'artistes punk américains, comme Johnny Thunders.
Vous comprendrez ma surprise lorsque, un soir dans un centre culturel un peu perdu au milieu des grands champs de colza, je l'ai écouté chanter une adaptation très personnelle de Pet Sematary, avec comme seul accompagnement le clavier de Cédric Milard, pianiste de Blankass.
Sur un rythme plus lent que l'original, ce titre sonne, dans le micro de Guillaume, avec une pointe de nostalgie qu'on ne trouvait pas chez les Ramones.
Bon, les puristes qui écoutent en boucle leurs albums ne vont peut-être pas accrocher à cette adaptation et, certes, Guillaume Blankass n'est pas le premier à avoir puisé dans le patrimoine des New-yorkais pour faire plaisir à son public.
Ceci dit, s'il passe pas loin de chez vous -vous pouvez même le faire venir, ce n'est pas interdit ni hors de portée, croyez moi d'expérience- je serai surpris que vous repartiez déçus.
Todos somos Ramones!

 

 

Under the arc of a weather stain boards,
Ancient goblins, and warlords,
Come out of the ground, not making a sound,
The smell of death is all around,
And the night when the cold wind blows,
No one cares, nobody knows.

[CHORUS]
I don't want to be buried in a Pet Sematary,
I don't want to live my life again,
I don't want to be buried in a Pet Sematary,
I don't want to live my life again.

 

 

La photographie provient du site Dedistory.com, véritable mine sur Blankass, et animé par la grande spécialiste du groupe, Stéphanie Michel, qui, je l'espère, voudra bien m'excuser d'avoir été piquer dans ses placards!

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans rock français
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 18:40

  ramones2

 

L'édition 2013 du Printemps de Bourges vient de s'achever. J'espère qu'elle laissera aux festivaliers des souvenirs aussi forts que les miens lorsque le dimanche 3 mai 1992, les Ramones se produisirent pour cette unique fois dans le centre de la France, au pavillon d'Auron, une halle qui ne sert plus depuis longtemps à accueillir les concerts du Printemps.
Pour moi, ce fut la troisième et dernière occasion de voir le quatuor new-yorkais presque complet sur scène. Dee-Dee était déjà parti, et avait laissé la place à C.J, au demeurant excellent bassiste, mais qui n'avait pas l'aura du musicien qu'il remplaçait. Le show fut assez bref, une heure environ. Ne me demandez pas la set-list. Pour la dernière fois de ma vie, j'ai suivi un concert sans protections d'oreilles. Le son était, comme d'habitude, énorme, et on reconnaissait à peine les morceaux. J'ai mis trois jours à retrouver une audition normale, et cette expérience m'a calmé pour la suite.
Cette soirée m'a laissé un arrière-goût étrange, fait d'un plaisir immense (voir les kids chez moi), de déception (quel est le c-n qui a programmé les Pogues après les Ramones?) et de résignation. Le groupe était en fin de carrière, et, quand les lumières se sont rallumées, je savais que je n'aurai jamais la chance de les revoir.
Je garde de ce concert l'image des lumières qui s'éteignent, du drapeau avec l'aigle qui s'illumine en fond de scène, du jingle du bon, la brute et le truand, et des quatre silhouettes qui arrivent en prennent leurs places, comme dans mes souvenirs.
Printemps de Bourges 1992, entre ravissement et amertume.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:23

Cavrones

 

Originaires de Vérone, ville plus connue pour son patrimoine médiéval et Renaissance que pour le Punk rock, les Cavrones évoluent dans la catégorie des clones des Ramones, cultivant le souvenir des toutes premières années de la formation d'origine, 1976/77, jusqu'au premier album live. Cette tranche chronologique s'explique peut-être par la simplicité des textes, faciles à mémoriser quand on est pas anglophone de naissance.
Coté look, les Cavrones ne cherchent pas l'originalité. Seul leur logo échappe à la traditionnelle réplique de l'aigle qu'on voyait sur le drapeau en arrière-scène pendant les concerts pour un curieux motif, un crâne de pinhead orné de cornes de chèvre. Coté son, ils ne semblent pas avoir encore atteint le stade de l'écriture de leurs propres titres, se tenant à un bon niveau de reprises des Ramones.
Contrairement à plusieurs formations dont on ne sait pas trop si elle sont en sommeil ou s'il faut les classer comme portées disparues, ces Italiens ont un nombre de dates prévues de concerts assez élevé, ce qui signifie que si vous voyagez dans l'espace transalpin, il n'est pas impossible que votre route croise la leur.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramoneslike
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 08:58

ramones-the-family-tree

 

Voici un projet intéressant, quoique de valeur inégale, qui se distingue franchement des compilations habituelles des Ramones, vulgaires produits commerciaux que n'importe quel fan pourrait très bien faire lui même à partir de sa propre collection de CDs, et taillés pour appâter une nouvelle clientèle.
Là, The family tree est un produit lourd - 28 titres sur un double album et original par sa conception: seulement deux chansons du groupe, le reste consacré à un choix de morceaux enregistrés par des membres des Ramones avec différentes formations, essentiellement après la séparation de la formation.
Il y a quelques titres sans grand intérêt dans ce CD, mais il y a surtout quelques perles rares, telles cette reprise de Cherry bomb associant Wayne Kramer, ex MC5, Cherry Currie, chanteuse des Runaways, et Marky Ramone. Quelques titres de Dee Dee, dont une version de I am seeing U.F.O.s avec Joey au chant, plus lourde que celle jouée par le groupe, un excellent Meatball sandwich du petit groupe Youth gone mad, avec la contribution de Joey valent largement l'achat de ce double album, à recommander. Le produit est vendu avec un petit livret qui détaille, en Anglais, la généalogie de chaque formation à qui ont été empruntées des chansons.

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramones
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:12

Ramoneurs Chambéry

 

Personne n'ira contester à ce groupe français son sens de l'humour. Natifs, du moins je le suppose, de la Savoie, ces garçons se sont souvenu du métier traditionnel d'une partie de leurs ancêtres, le ramonage, pour nommer leur formation. Les quelques clips disponibles confirment que, contrairement à certains groupes de clones des Ramones qui soignent la ressemblance au lacet de Converse près, les trois Ramoneurs de Chambéry ont renoncé à se prendre au sérieux.

Il n'empêche que leurs reprises ont des vertus et que leur musique n'est pas désagréable à écouter.

Bien moins notoires que leurs presque homonymes les Ramoneurs de menhirs, il peut être intéressant de surveiller certaines affiches de festivals pour voir s'ils n'ont pas la bonne idée de venir faire chauffer leurs guitares pas loin de chez vous.

 

Ramoneurs Chambéry 2

Repost 0
Published by Dom Surf, dit Surfingbird, blitzkriegbopper - dans Ramoneslike
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • Le blog de fan-des-ramones.over-blog.com
  • : Mon univers de fan des Ramones et de plein d'autres groupes.
  • Contact

Visites


Visitor Map
Create your own visitor map!

 

  3934 visites? Hey, ça peine mais ça commence à décoller!

Merci à tous ceux qui passent.

Rechercher

Archives

Liens